Novembre 2017

On sait depuis toujours que la mémoire est une faculté qui a une importance capitale dans la vie d’un être humain. Grâces aux recherches on constate que la mémoire comporte plusieurs formes, mais surtout qu’elle semble être utilisée de façon différente suivant l’âge et les expériences vécues au travers du temps.

Pour expliquer le comportement de l’être humain, la psychologie moderne s’appuie sur plusieurs mécanismes et en particulier celui de la mémoire. Si l’on veut en faire une présentation rapide et simple, on peut à mon sens dire qu’elle se présente sous deux formes essentielles : celle que l’ont dit « oubliée » et celle que l’on qualifie de « vive ». Ces deux formes de la mémoire vont correspondre à deux processus différents, mais complémentaires de la vie et du comportement humain.

La mémoire vive est celle qui correspond en psychologie au « conscient » que l’on peut définir comme étant une connaissance de ce que nous sommes en tant que personne dans une dynamique individuelle ou en relation avec les groupes qui constituent la société. En complément, on peut dire que la mémoire vive est une mémoire immédiate et permanente que l’être humain a de lui-même ou de son existence vécue ici et maintenant ainsi que dans le passé. Elle lui permet de fonctionner en interaction avec les autres et son environnement.

La mémoire oubliée quant à elle correspond en psychologie moderne à « l’inconscient ». Académiquement parlant, l’inconscient se définit différemment de la mémoire vive, car dans les faits on dit d’un sujet qu’il est inconscient quand il a perdu la connaissance de ce qu’il est, ainsi que de son environnement. D’un point de vue psychologique ou psychanalytique, Sigmund Freud a été le premier thérapeute à démontrer que « l’inconscient » (à noter que très souvent les francophones d’Amérique du Nord utilisent par erreur dans ce cas le terme « subconscient » qui est le mot anglais) pouvait également se définir comme une mémoire oubliée de certains de nos actes vécus dans le passé, mais que tous ces souvenirs même oubliés restent présents dans notre mémoire et influencent nos actes présents sans que l’on s’en rende compte et perturbent de façon plus ou moins importante notre comportement.

Finalement, que notre mémoire soit vive ou oubliée, elle joue un rôle primordial dans le bon ou le mauvais déroulement de notre existence.

Sur ce, je vous dis au mois prochain en vous espérant heureux et en santé.