Janvier 2018

Il est bien connu que lorsqu’une personne ne se sent pas bien dans sa vie elle peut avoir tendance à compenser ce mal-être en consommant des produits qui lui font pour un moment tout oublier. Les deux moyens les plus connus sont l’alcool et les drogues qui dans les cas extrêmes engendrent une dépendance destructrice.

L’alcoolisme

On ne peut pas véritablement définir l’alcoolisme comme une ma­ladie, car c’est en fait un état regroupant l’ensemble des phénomènes pathologiques provoqués par une consommation abusive de boissons alcoolisées.

C’est un fléau de tous les temps et aucune société n’échappe à ce pro­blème. On peut dire que l’alcoolisme affecte principalement des personnes qui ne trouvent pas leur place dans la société dans laquelle elles vivent. Elles sont habitées par un sentiment d’infériorité qui leur fait penser et croire qu’elles sont inutiles, inaptes et qu’elles ne sont pas à la bonne place au bon moment. Cette vision négative d’elles-mêmes s’accompagne géné­ralement d’un sentiment de culpabil­ité, d’incapacité à tous les niveaux ainsi que d’un rejet de soi.

La consommation de drogues

On peut associer les alcooliques et les personnes consommant de la drogue car dans les deux cas, elles n’ont pas d’auto-estime, elles ne se sentent pas à la hauteur, etc. Mais on doit dire que la consommation de drogue a des effets nocifs encore plus catastrophiques sur le corps physique de la personne par le fait qu’il y a des­truction des cellules nerveuses et la dépendance au produit, est encore plus forte.

Combattre la consommation d’alcool et de drogue passe par un travail sur soi et le sens de sa vie.

Sur ce où que vous soyez, je vous souhaite d’être heureux et en santé.