Chronique de juin, juillet, août 2018

En cette période de voyages et de vacances vers les régions tropicales beaucoup de touristes et même des résidents vont être victimes de cette fameuse diarrhée du voyageur surnommée avec humour la « tourista ». Fort heureusement, cette une affection plus gênante que grave et habituellement rapidement éliminée, mais elle peut parfois persister assez longtemps et gâcher complètement des vacances ou un voyage. Il faut savoir que plusieurs facteurs font varier la possibilité d’être touché par la tourista :

-la modification des habitudes alimentaires,

-les antécédents de pathologie digestive,

-l’appartenance à une classe sociale où l’environnement est très contrôlé sur le plan de l’hygiène,

-ainsi que l’âge, car le enfants sont plus à risques que les adultes

-Il faut également considérer les régions visitées susceptibles d’augmenter la fréquence de ce syndrome. L’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie du Sud-Est sont des zones à haut risque et elles le sont encore plus quand il y a contact avec les populations visitées. Plus près de chez nous, il faut parler de ces immenses paquebots organisant des croisières. Ce sont de véritables petites villes flottantes pouvant atteindre plus de 3000 personnes et où des épidémies de tourista sont en nette progression depuis 2001.

La tourista est causée par un Novovirus qui cause de la diarrhée, des vomissements et des crampes stomacales. La plupart des gens appellent ça une grippe intestinale mais c’est en réalité, un virus de gastroentérite. Ce virus est très contagieux et dans un espace clos comme par exemple un navire de croisière il se répand très rapidement. Il suffît de quelques virus au contact d’un objet contaminé et vous êtes atteint. C’est très rapide et cela peut commencer douze heures après le contact et durer toute une semaine.

En dehors des médicaments, il est donc fortement conseiller de respecter une hygiène stricte au niveau des mains et du corps et au niveau alimentaire de peler les fruits, d’éviter les crudités, de cuire les aliments à plus de 65°C et surtout de ne boire que des boissons encapsulées. Le traitement de la tourista est simple, car il est basé sur la réhydratation du sujet. Éviter d’en être la victime est tout aussi facile, car cela repose essentiellement sur l’hygiène alimentaire et celle des mains. Si vous partez en voyage, ou en croisière, soyez sûr de vous laver les mains très souvent. Si vous avez à toucher à des poignées de portes, ou n’importe quelles surfaces communes, n’allez surtout pas vous frotter les yeux,  la bouche ou tout endroit sensible sans avoir auparavant lavé vos mains qui sont porteuses du virus quand il est présent dans votre environnement. C’est là le meilleur conseil que puissent vous donner les experts en santé et en hygiène pour vous éviter de ruiner vos vacances.

Sur ce, je vous dis à la prochaine fois en vous espérant heureux et en santé.